Nouvelles caricatures de Charlie Hebdo sur le Prophète Mahomet: le chef suprême iranien réagit

0
409

Le chef suprême iranien, l’ayatollah Ali Khomeini, a condamné la réédition de caricatures du prophète Mahomet dans le magazine satirique français Charlie Hebdo.

 

Charlie Hebdo avait republié les mêmes caricatures sur le Prophète et l’Islam qui ont provoqué une attaque meurtrière contre le magazine en 2015.

 

Khomeini dans un communiqué publié le mardi 8 septembre, a déclaré que le « Le grand péché impardonnable d’une publication française ayant insulté le visage radieux et saint du grand Prophète révèle une fois de plus l’hostilité et la rancune vicieuse des institutions politiques et culturelles du monde occidental envers l’islam et la communauté musulmane », écrit l’ayatollah Khamenei dans un communiqué.

« Le prétexte de la liberté d’expression invoqué par certains hommes politiques français pour ne pas condamner ce grand crime doit être rejeté comme erroné et démagogique », a-t-il ajouté sans plus de détails.

L'Iran

 

Le chef suprême iranien a ajouté:

« Les politiques profondément anti-islamiques des sionistes et des gouvernements arrogants sont la raison de ces mouvements hostiles qui se produisent de temps en temps« , a déclaré l’ayatollah Khomeini, ajoutant que le mouvement insultant dans la conjoncture actuelle pourrait avoir pour but de détourner l’attention des nations et les gouvernements d’Asie occidentale issus des complots inquiétants que les États-Unis et le régime sioniste ont mis au point contre la région.  »Les nations musulmanes, en particulier les pays d’Asie occidentale, doivent rester vigilantes sur les problèmes de cette région délicate et ne jamais oublier les hostilités des politiciens et dirigeants occidentaux contre l’islam et les musulmans. »

 

Malgré l’indignation que le dessin a suscitée dans le monde musulman, le président français Emmanuel Macron a refusé de critiquer la décision du magazine satirique de republier le dessin animé. Selon lui, Charlie Hebdo n’avait enfreint aucune loi en republiant les caricatures pour marquer l’ouverture du procès le 2 septembre en une attaque meurtrière de 2015 contre ses bureaux par des extrémistes islamistes.

Le président français Emmanuel Macron avait déclaré à propos de la publication à nouveau des caricatures de Mahomet par Charlie Hebdo qu’« il y a […] en France une liberté de blasphémer qui est attachée à la liberté de conscience ». « Je suis là pour protéger toutes ces libertés. »

La plupart des journaux conservateurs et ultraconservateurs iraniens avaient réagi à ces propos en faisant un rapprochement avec la loi française qualifiant de délit la négation de la Shoah, pour dénoncer une politique de deux poids deux mesures.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here